Elkano: First Time Around The World

Il y a 500 ans, un marin basque du nom de Juan Sebastián Elkano écrivait un chapitre de l’histoire qui mérite d’être rappelé aujourd’hui.

Elkano, né dans la ville de Getaria en 1487, fut le capitaine de la première expédition autour de la Terre ; c’était en 1522 à bord du navire Victoria. En 1519, il rejoignait l’expédition d’un autre illustre explorateur et marin, Ferdinand Magellan, et ses cinq navires pour prendre la direction de l’océan Indien par une route encore inexplorée, à la recherche d’épices.

Après de nombreuses difficultés et la mort de Magellan, l’expédition réussit à traverser pour la première fois le Pacifique et à atteindre les Philippines sous la direction d’Elkano.

Il faut de la volonté, de l’ambition ou de la curiosité pour prendre la mer

Elkano prit alors le commandement de l’expédition et parvint à mener les survivants du voyage à leur destination, les îles Moluques. Une fois sur place, il décida de rentrer par le sud de l’océan Indien, ouvrant une nouvelle voie et prouvant la rotondité de la Terre.

Il y a 500 ans, cette aventure a contribué à l’avènement de l’ère moderne, en reliant les territoires et les populations du monde entier.

Cet événement a eu une portée mondiale et a marqué un tournant sur le plan culturel, géographique et, surtout, humain : il a remis en question l’ordre établi et a ouvert de nouvelles voies, dans tous les sens du terme. Elkano a posé, il y a 500 ans, la première pierre d’une réflexion globale, rapportant de son voyage de nouvelles façons de penser et de comprendre le monde.

D’une certaine façon, lorsque nous montons sur notre vélo, nous pouvons nous sentir, le temps d’un instant, un peu comme Elkano. À vélo, l’envie de découverte et le plaisir de l’exploration nous envahissent entièrement.

Le vélo est un outil idéal pour accéder à ces découvertes, tant de nous-mêmes que du monde qui nous entoure. En plus de nous transporter dans des endroits sauvages et inconnus, le vélo fait travailler le corps. Et quand le corps travaille, l’esprit se repose. Sur un vélo, nos pensées prennent leur envol, et nous allons plus loin dans tous les sens.

Nous pourrions dire que pédaler n’est pas un but en soi ; pédaler est un vecteur. Le vecteur pour découvrir de nouveaux lieux, mais aussi pour nous (re)découvrir nous-mêmes.

Et tout comme Elkano a tracé de nouvelles voies par-delà les mers, la bicyclette nous accompagne chaque jour pour nous connecter non seulement avec notre environnement, mais aussi avec notre être intérieur.

Nous devons apprendre à explorer de l’intérieur, à nous libérer de nous-mêmes

Entrées associées

Il y a 1 week

C’est Le Tour

Aujourd’hui, le cyclisme leur appartient : à Lisa, Laura, Sandra, Marta, Kathrin, Maria et à toutes celles qui ont pédalé pour leur sport et y ont mis en avant le rôle des femmes. Dans « C’est Le Tour », les coureuses de l’équipe Ceratizit WNT Pro Cycling donnent la parole au cyclisme féminin à travers leur propre expérience, et montrent ainsi la voie aux générations futures.

Il y a 3 months

Optimisez votre entraînement

En cyclisme sur route, la volonté, la persévérance et le travail sont les seuls moyens d’atteindre les sommets, mais à l’ère des données et de la technologie, de nombreux cyclistes font désormais confiance aux watts et s’entraînent plus intelligemment, et non pas plus dur.

Il y a 12 months

Pachamama: Tears of Joy

Existe-il réellement une place pour la compétition pure dans cette discipline axée si spécifiquement sur la notion d’expérience ? Les habitants d’Emporia nous prouvent que oui, et nous expliquent comment ils y parviennent.

Esta web utiliza cookies propias y de terceros para su correcto funcionamiento y para fines analíticos. Al hacer clic en el botón Aceptar, acepta el uso de estas tecnologías y el procesamiento de tus datos para estos propósitos.
Privacidad