Freins à disque: la meilleure solution sur l'asphalte

L'arrivée des freins à disque hydrauliques pour les vélos de route a provoqué une vraie révolution au sein du peloton. Nous étions nombreux à attendre impatiemment de pouvoir intégrer à nos vélos de route tous ces avantages dont bénéficiaient depuis de nombreuses années nos camarade vététistes. Ainsi, nous avons pu constater, après de nombreux mois et de longs kilomètres d'utilisation des freins à disque, que dans de nombreuses situations réelles ils sont objectivement la meilleure solution sur l'asphalte.

Imaginez que vous descendez un col à grande vitesse, un col que vous connaissez parfaitement, pour y rouler régulièrement. Vous savez très bien où il faut freiner et comment prendre ces virages en épingle que nous aimons tellement. Imaginez maintenant que vous pouvez freiner beaucoup plus tard, de manière beaucoup plus progressive, sans craindre, en abordant le virage après une longue ligne droite, une perte de puissance ou un échauffement du frein.

Les freins à disque sont plus puissants, plus progressifs, plus simples et réagissent toujours de la même façon, quelles que soient les conditions climatiques. Il s'agit d'avantages objectifs et indiscutables qui justifient à eux seuls leur existence :

1) Puissance de freinage accrue : les distances se réduisent. Grâce à une puissance très supérieure à celles des freins traditionnels à patins, les freins à disque hydrauliques permettent de freiner près de 40 % plus vite dans des situations difficiles. Après avoir effectué différents tests, toutes les marques sont parvenues à ces mêmes conclusions chiffrées.

Sur l'asphalte et d'après les sensations personnelles éprouvées, nous pouvons confirmer que la puissance de freinage est réellement supérieure : encore plus avec des pneus de 25 ou 28 mm. Ces pneus (les plus utilisés dans le peloton) nous permettent de réduire la pression de la roue, ce qui améliore l'adhérence du caoutchouc sur l'asphalte pendant le freinage.

Une puissance supérieure signifie également une tension ou une usure moindre exercée par le cycliste sur le vélo, car avec un effort réduit, nous pouvons freiner dans n'importe quelle circonstance.

Avec les freins traditionnels, nous avons tous éprouvé à coup sûr quelques frayeurs pour arrêter le vélo en roulant à grande vitesse. La surchauffe de la jante ou du patin, ou encore notre propre poids peut nous obliger à serrer les manettes à fond pour réduire la vitesse avant d'aborder un virage.

Cette tension accumulée au niveau de nos mains, ajoutée à celle que nous devons exercer sur le train supérieur pour supporter le poids de l'inertie de notre corps pendant le freinage, peut nous faire perdre le contrôle du vélo, surtout si nous roulons depuis plusieurs kilomètres et que nous sommes fatigués.

Avec le système de disque cette tension est considérablement réduite, car sa puissance nous permet de freiner avec moins d'effort, ce qui diminue la tension du train supérieur. De plus, le fait de pouvoir freiner plus tard et de disposer d'un contrôle accru, nous permet d'économiser beaucoup d'énergie : une énergie que nous pouvons utiliser pour pédaler et non pour freiner.

Par ailleurs, les dernières progrès réalisés dans ce domaine ont permis d'affiner la modulation de la puissance de freinage, à l'aide de liquides de frein présentant différentes viscosités, des plaquettes constituées d'un composé différent et un réglage des pistons/cylindres plus souple. Le tout se traduit par un freinage plus progressif, sans diminuer la puissance finale.

2) Contrôle accru: la sensation tactile procurée par les freins à disque est plus souple et progressive que celle des freins à patins. Il vous suffira de rouler quelques kilomètres pour constater que vous assez pouvez graduer votre freinage assez facilement pour freiner moins brusquement. Cela améliore la conduite du vélo, quelle que soit la vitesse

Les freins sur jante nous obligent à nous adapter aux différents types de patins, certains incisifs et d'autres plus progressifs, mais il est très difficile d'obtenir une sensation similaire à celle que procurent les freins à disque. Ces derniers réagissent mieux à nos ordres, car même si le freinage est assez progressif et contrôlé, nous pouvons réussir à bloquer la roue sans serrer la manette comme des forcenés

3) Sécurité accrue : l'un des principaux inconvénients des freins à patin traditionnels réside dans la perte de puissance de freinage en cas d'humidité ou de pluie, ou encore à cause d'une surchauffe des jantes pendant des descentes prolongées. Tout cela, c'est du passé. L´utilisation des freins à disque élimine totalement ces problèmes, car ils offrent une puissance et une modulation identiques, quelles que soient le type de descente et les conditions climatiques. Si une averse vous surprend en pleine descente d'un col, vous aurez uniquement à vous inquiéter de ne pas vous enrhumer, mais jamais de la sécurité de vos freins.

Il va de soi que tous ces avantages sont bons pour tous les types de cyclistes, mais ceux qui n'ont pas un profil PRO seront les plus gagnants. En effet, le comportement prévisible des freins à disque leur procure une sécurité qui compense leur manque d'expérience.

Les cyclistes corpulents seront eux aussi agréablement surpris, tout comme les cyclo-touristes dont les sacs et les sacoches multiplient par deux le poids supporté par le vélo. La puissance de freinage des disques nous permet d'arrêter le vélo plus facilement et avec un effort minimum, sans les problèmes de surchauffe des patins/jantes.

Ce sont les trois avantages les plus évidents des freins à disque sur la route. Voyons à présent les autres facteurs liés à votre expérience de cycliste pour lesquels les freins jouent également un rôle :

1) Le poids

Actuellement, le poids du kit de freinage traditionnel à patins est de 300 à 400 grammes inférieur à celui des freins à disque. Cette différence s'amenuise de plus en plus et vous avez sans doute entendu dire qu'elle va encore se réduire au cours des prochaines années, grâce à l'amélioration de la conception et des matériaux des freins à disque.

Le poids joue bien entendu un rôle clé, sans quoi il ne serait pas devenu l'obsession des fabricants et des utilisateurs. Mais, réfléchissons froidement : lorsque vous montez un col avec vos coéquipiers, iriez-vous vraiment plus vite sans ces 300 ou 400 grammes en plus ? Et même dans ce cas, n'est-il pas préférable de disposer d'un freinage plus contrôlé, puissant et sûr, malgré la différence de poids ?

Dans tous les cas, si nous considérons le rendement, supposons que pendant la montée, ces grammes vous pénalisent. Maintenant, pensez à la descente. Pensez que grâce aux freins à disque vous pourrez freiner plus tard et donc gagner jusqu'à une ou deux secondes par virage : quelle est alors la meilleure option en termes de rendement ? Le résultat final est que vos compagnons qui ne possèdent pas de freins à disque vont devoir prendre beaucoup de risques pour vous rattraper pendant la descente. Mais cela est sommes toutes secondaire, car ce qui importe c'est que les freins à disque offrent un freinage plus sûr et plus contrôlé.

Un dernier point : il convient de remarquer que la répartition des poids sur la roue est très importante pour l'ensemble : le système à disque permet de créer des jantes plus légères, puisqu'elles ne demandent plus de renforts sur la bande de freinage : plus le poids est réduit sur la masse périphérique de la roue, plus l'accélération est aisée.

2) Entretien

Les deux systèmes demandent un entretien de routine pour offrir une qualité de freinage et une sécurité optimales, soit par le remplacement des patins et des câbles, soit par la vidange du liquide des freins et le changement des plaquettes.

La simplicité du système à disque facilite également l'entretien, car le remplacement des plaquettes ne demande aucune compétence particulière : il suffit de retirer la goupille de sécurité, d'extraire les plaquettes de frein, d'installer les nouvelles et de remettre la goupille en place. Le changement ou la purge du liquide des freins, en cas de pénétration d'air dans le circuit, est une tâche qui prend moins de cinq minutes et qu'il suffit de réaliser une fois par an.

3) Durabilité

En raison de l'usure des jantes avec les freins traditionnels (usure accrue avec des jantes en carbone à profil haut), la vie utile des freins à disque est potentiellement plus longue que celle des premiers.

La friction, la surchauffe ou un mauvais entretien des patins peut conduire à leur détérioration jusqu'au point de se retrouver avec des jantes inutilisables, ce qui constitue un grave danger lorsque cela se produit en pleine descente. Le système avec des freins hydrauliques à disque est beaucoup plus simple que celui avec des patins, car il permet de réduire toutes les parties mobiles de l'ensemble : pièces, vis, douilles, etc.

4) Montage

On a tendance à croire qu'il est plus difficile de monter et de démonter une roue avec des freins à disque en cas de panne. Nous pouvons affirmer que l'opération est pratiquement identique, même si elle requiert une petite période d'adaptation. Même avec les axes traversants actuels, cette action se réalise aussi rapidement qu'avec une fermeture traditionnelle. Les axes traversants offrent également une sécurité accrue par rapport aux blocages rapides, et la rigidité qu'ils apportent est flagrante par rapport aux blocages traditionnels.

5) Frottements

Les frottements avec les patins sont éliminés, même si l'on perd un rayon ou la roue se décentre en pleine route. La majorité des freins à disque actuels offrent la possibilité de régler l'écart entre les plaquettes et le disque, comme c'est le cas du système Free Stroke de Shimano. Ainsi, tout type de frottement et de bruit gênant sont éliminés. Comme nous l'avons indiqué, l'emploi d'axes traversants améliore considérablement la rigidité latérale du vélo.

Pour des raisons de sécurité, d'efficacité, de puissance, de modulation, d'entretien, de pilotage, de confort, de confiance et encore, de sécurité, le système de frein à disque est beaucoup plus performant que le système traditionnel à patins.

L'utilisation du frein hydraulique est consolidé dans de très nombreux secteurs depuis très longtemps. Sur route, les marques se sont concentrées jusqu'à présent sur tout ce qui nous permet d'aller plus vite (le poids, l'aérodynamique…), mais nous savons que les utilisateurs accordent une grande valeur à d'autres facteurs comme le confort.

De ce point de vue, le fait de disposer d'un freinage plus efficace, comme celui offert par les freins à disque, constitue un progrès considérable. Prenons l'exemple du VTT : cela fait une vingtaine d'années que nous avons commencé à entendre parler de l'arrivée des freins à disques pour ce type de vélo (après les V-brake ou les freins hydrauliques à patins). À l'époque, certains se sont montrés sceptiques : aujourd'hui, tout le monde les a adoptés et tous les VTT en sont équipés d'usine.

Les changements peuvent s'avérer difficiles à assimiler, mais s'ils sont positifs, il ne faut pas hésiter. Le moment est venu d'améliorer la sécurité du cycliste, car il s'agit d'un investissement d'avenir pour tous les amateurs des deux roues.

Étiquettes

Entrées associées

Il y a 3 years

Gain, produit de l'année

L'un des magazines des sports de plein air les plus influents et les plus prestigieux au monde, le magazine américain Outside, a décerné au Gain le prix exceptionnel de “Gear of the Year” (produit de l'année).

Il y a 3 years

Il est temps de s'habiller en court

Le beau temps et les journées plus longues sont de retour. Cela nous encourage à prendre notre vélo plus souvent et à passer plus de temps à pédaler.

Il y a 3 years

Nous présentons l'Orca avec le SRAM Force eTap AXS™

Tous les avantages de la technologie AXStm de SRAM dans le nouvel Orca et avec le nouveau groupe Force.

Esta web utiliza cookies propias y de terceros para su correcto funcionamiento y para fines analíticos. Al hacer clic en el botón Aceptar, acepta el uso de estas tecnologías y el procesamiento de tus datos para estos propósitos.
Privacidad