22 April, 2024

Saluons la fin du printemps. La Lotto Dstny conclut une fabuleuse saison

C’est la fin. L’image vire au noir et le générique commence. Personne ne se lève dans l’auditorium. On entend un léger murmure, personne ne veut briser la magie. Les lumières s’allument et le public se frotte les yeux, se lève tranquillement comme s’il ne voulait pas accepter le fait que ce soit fini.
Les courses d’une journée ressemblent un peu à un film : exposition, nœud et résolution, le tout le même jour. L’émotion contenue, le moment présent, la mise à nue des tripes et de l’âme.

Certes, le dénouement de bon nombre de longs métrages de ce festival était prévisible : à la fin, ils se marient. Mais avec quelle maîtrise le réalisateur nous a tenus en haleine, comment nous avons retenu notre souffle, quels rebondissements incroyables, quels protagonistes inattendus ! Bravo, bravo, bravo !

Le triptyque des Ardennes met fin à la saison, la grande dame, la Doyenne, ferme la porte.
Tout a commencé à Maastricht, à quelques kilomètres du lieu où l’on préparait déjà la grande fête. La ville néerlandaise de Valkenburg a rendu un hommage solennel et sincère au sponsor de la célèbre Amstel Gold Race, pour prouver que les Belges ne sont pas les seuls à savoir organiser des fêtes en l’honneur du cyclisme. Le Cauberg, le non-lieu. Cette pente ardue, qui passe inaperçue le reste de l’année, devient pour un dimanche d’avril le centre du monde.

Après trente-trois montées et 250 kilomètres d’un parcours qui ressemble étrangement à un électrocardiogramme, il faut avoir de très bonnes jambes et être très attentif pour savoir où et quand la course va basculer. Dimanche dernier, Maxim et Andreas regrettaient de ne pas avoir su déterminer le moment pour réagir à temps.

Mais, il ne faudrait attendre que trois jours pour assister à une nouvelle arrivée. Ce mercredi-là, à Charleroi, les prévisions météo étaient peu réjouissantes. Il faisait très froid et on prévoyait de la pluie, mais personne n’aurait pu imaginer ce que ces conditions allaient provoquer.

Cent soixante-quinze coureurs ont pris le départ, quarante-quatre ont franchi la ligne d’arrivée à Huy. Des conditions météorologiques absolument déplorables ont obligé des équipes entières à descendre de leur vélo. La pluie, et par moments la neige, giflait durement les coureurs. 

Un petit groupe de coureurs intrépides (ou un peu fous, on ne sait trop) qui se refusaient à abandonner émergeait derrière le rideau de pluie.
L’un d’entre eux était Maxim Van Gils.

Il y a de nombreuses façons de gagner ou de monter sur le podium, et elles sont toutes valables, mais seules quelques-unes resteront à jamais dans les mémoires.
Le voilà donc, Maxim. Dans l’un des virages décisifs du mur de Huy, il décide d’enlever ses gants. Nous retenons notre souffle, il n’y arrive pas, puis il réussit à en enlever un. Nous soufflons un peu, il est fou. Mais à peine avons-nous rempli nos poumons que l’air nous fait à nouveau défaut : Van Gils, l’impressionnant Van Gils, a franchi la dernière ligne en troisième position.

Après cela, n’importe qui demanderait une Amstel et ferait une pause. Mais la Lotto ne peut pas se reposer, il reste le dernier monument et il sont déchaînés.

Le soleil brille pour l’antique Liège-Bastogne-Liège et une fois de plus, a Lotto Dstny montre ce qu’elle a dans le ventre. Toute l’équipe se met au service d’Andreas Kron et de Maxim Van Gils pour qu’ils arrivent au pied de La Redoute avec toutes leurs chances intactes. C’est dans le pays de notre compagnon de toujours, Philippe Gilbert, que tout s’est décidé. Pogačar a été Pogačar et Maxim a courageusement mené une attaque derrière Bardet qui s’est soldée par une magnifique quatrième place pour le jeune homme de 24 ans, derrière d’un certain géant, Mathieu Van Der Poel.

Et c’est ainsi que le film se termine, nous ne bougeons pas de notre place, c’était une fin ouverte. La suite, cet automne en Lombardie, la « Classique des feuilles mortes ».

D’ici là, profitez de la fiction par épisodes, les grands Tours arrivent et la Loto ne s’arrête pas.

 

En attendant, l’équipe a garé son Orca pour quelques jours et s’amuse avec le Diem. Le nouvel e-bike urbain d’Orbea est confortable, il absorbe les chocs et a une force quatre supérieure à celle d’une personne. Comme tout aurait été différent ces jours-ci !

 

 

Mais peut-être aussi moins excitant.
Bravo, bravissimo Lotto !

Orca

Ces derniers jours, le profil des Ardennes a poussé la plupart des coureurs à choisir l’Orca.


Lorsque le dénivelé impose une diminution de la vitesse, la gravité compte plus que l’aérodynamique. L’inclinaison où cela se produit dépend de chaque coureur, mais c’est dans ces situations qu’un vélo plus léger présente un avantage certain.


Les composants OC et Oquo, plus légers, sont conçus pour fonctionner comme un tout.

Te llevamos al Tour de Francia junto al Lotto Dstny

 

Entra en el sorteo de dos experiencias VIP para dos personas -con hotel incluido- para vivir en primera persona, junto al Lotto Dstny, una etapa del Tour de Francia.

 

La promoción será válida entre el 14 de marzo de 2024 y el 16 de junio de 2024, ambos inclusive en Alemania, Austria, Bélgica, Canadá, Dinamarca, España, Estados Unidos, Francia, Irlanda, Italia, Luxemburgo, Países Bajos, Portugal, Reino Unido y Suecia. Solo se podrá participar una vez por persona y se seleccionarán los dos ganadores de forma aleatoria entre todos los participantes que cumplan los términos y condiciones de la promoción.